Visio creativité innovation team building team spirit

Zoom tue-t-il l’innovation d’équipe ?

Une nouvelle recherche publiée dans la revue Nature suggère que la communication virtuelle a un impact négatif sur la créativité.

Dans une étude en laboratoire, 600 personnes ont travaillé en binôme, virtuellement ou en personne, pour proposer de nouvelles idées. Les observateurs ont ensuite évalué ces idées en fonction de leur ingéniosité et de leur valeur.

La recherche a découvert que :

  •    Les réunions en personne ont généré plus d’idées – et plus créatives – que les réunions virtuelles.
  •    Les paires n’étaient pas en mesure de partager des repères visuels (de leur environnement) qui pourraient susciter de nouvelles idées. Au lieu de cela, ils avaient tendance à se concentrer sur leur partenaire à l’écran.
  •    Les gens avaient tendance à moins se déplacer en paires virtuelles. Se déplacer, ou même regarder autour de soi et utiliser ses mains, tout cela aide à stimuler le processus créatif.

Mais ce n’était pas que de mauvaises nouvelles. Alors que moins d’idées ont été générées, le processus de sélection des idées à poursuivre n’a pas été entravé par le travail virtuel. En fait, des données préliminaires ont montré que cette phase d’évaluation aurait pu être plus efficace à l’écran.

Que se passe-t-il ici, en termes de rôle d’équipe ?

Lorsque la pandémie a poussé pour la première fois des équipes auparavant colocalisées (ou en personne) vers le travail virtuel, de nombreuses organisations étaient en mode survie, essayant de maintenir le statu quo et de rester à flot. Ils n’étaient pas nécessairement en mesure d’envisager l’innovation.

En termes Belbin, les comportements de l’organisateur (structure, ordre, processus) sont venus au premier plan. Dans notre enquête Belbin et Virtual Teams 2020, beaucoup ont signalé une productivité plus élevée lorsqu’ils travaillaient à domicile. Mais cela ne s’est pas nécessairement traduit par de l’engagement et de la créativité. En fait, ceux qui avaient des comportements élevés de Promoteurs (le rôle qui avait le plus besoin d’un environnement changeant) étaient parmi les plus faibles dans leur taux de satisfaction à l’égard du travail virtuel.

Les phases créatives initiales d’un projet nécessitent des rôles d’équipe de promoteurs d’usine et de ressources. Pour être efficaces, les personnes qui remplissent ces rôles ont besoin d’être libres de toute contrainte, c’est-à-dire de pouvoir changer leur environnement pour que l’inspiration puisse les toucher. Cela peut être aussi simple que de passer d’un bureau à une salle de réunion avec un tableau à feuilles mobiles, ou même de marcher et de parler au téléphone.

De cette étude, il semblerait que le fait d’être attaché à l’écran agisse comme une autre contrainte créative.

La phase de « décision » (choisir une idée à faire avancer) nécessite un ensemble de compétences entièrement distinctes : une analyse impartiale et un jugement avisé. En termes Belbin, un Priseur. Pour ce type de comportement, les mêmes règles environnementales ne s’appliquent pas.

Que faisons-nous à partir de cela ?

Nous avons encore beaucoup à apprendre sur l’impact du travail virtuel et hybride sur les comportements d’équipe. Il convient de souligner que certaines organisations travaillaient et innovaient avec succès dans un environnement virtuel depuis avant la pandémie. Les stratégies pour atténuer les effets négatifs du travail à distance incluent une meilleure technologie (comme la réalité virtuelle) ou même décrocher le téléphone, aussi 2019 que cela puisse paraître…

Avant tout, nous devons comprendre les rôles d’équipe requis pour l’innovation – ou toute étape de projet – et l’environnement de travail nécessaire pour que chaque personne utilise au mieux ses forces.

Nous ne pourrons peut-être pas toujours travailler à l’idéal, mais connaître les lacunes de la situation peut contribuer grandement à résoudre les difficultés qui surviennent.

Les rapports Belbin aident les individus et les équipes à comprendre où ils peuvent le mieux contribuer et permettent aux managers de créer les conditions optimales pour cultiver ces comportements.

Pour plus d’informations sur nos rapports ou nos recherches, veuillez visiter: www.belbin.fr

Partager cet article