Équipes de foot: L’individualisme, l’ascension et la chute des « générations dorées »

Il y a huit ans, rien n’arrêtait l’Allemagne.

Chaque individu de son équipe avait un rôle à jouer. Ils ont pu résister aux blessures de dernière minute avant le match et continuer à gagner le match. Et pourtant, ils se sont retirés de la Coupe du monde 2018 et les experts blâment la perte de joueurs clés : Philipp Lahm, Miroslav Klose, Per Mertesacker et Bastian Schweinsteiger, la soi-disant « génération dorée ».

Alors, qu’arrive-t-il à une équipe lorsque l’âge d’or est passé ?

Une fois que les acteurs clés sont passés à autre chose, une équipe en place se contente-t-elle de pousser le ballon jusqu’à ce que de nouveaux sauveurs se présentent?
Adieu, « génération dorée »…

Le problème avec le fait de parler en termes de « génération dorée » est que cela crée une vision mystique et intangible du succès – une sorte d’alchimie qui ne peut pas être facilement reproduite. Cette façon de penser fait baisser le moral, car personne ne se sent capable de reproduire la situation et de combler le vide laissé par les individus impliqués dans les triomphes passés. Cela place également le succès futur en dehors du locus de contrôle de l’équipe, de sorte que les individus au sein de cette équipe deviennent moins engagés envers un résultat positif.

Mesurer le comportement ; combler le vide

L’ancien milieu de terrain allemand, Paul Breitner, a affirmé que l’équipe manquait de sagesse et de leadership. Il a déclaré qu’ils « ne semblaient pas avoir de personnes capables de résoudre les problèmes »: « c’est comme si tout le monde attendait que quelqu’un d’autre ait une idée ». Ce qui manquait, en termes de Belbin, c’étaient les rôles de réflexion fournis par les joueurs seniors – la créativité du concepteur et la pensée latérale, l’analyse froide d’un priseur, combinées à un brin de sagesse de coordinateur. La synergie a fait apparaître que les joueurs individuels étaient indispensables, alors qu’en réalité, ils fournissaient un type spécifique de leadership en équipe. Si cette perte peut être caractérisée en termes de comportement, l’équipe peut s’atteler à combler le vide.

Cette fois-ci, en 2018, c’est la Belgique qui a les joueurs vedettes, mais selon Radja Nainggolan, ancien joueur belge, l’équipe souffre de problèmes pour fonctionner comme une entité unifiée. Lors d’un match de la compétition, ils ont terminé 2-0 contre le Japon, avant de reprendre le chemin de la victoire. Il y avait « beaucoup de joueurs talentueux », leur a dit Nainggolan :

« Mais comme vous pouvez le voir, nous avons parfois du mal à devenir une équipe. Ce n’est pas toujours l’individu qui fait la différence à chaque match, donc il faut un collectif dans l’équipe. C’est peut-être ce qui manquait avec la Belgique. »

Comme le dit Nainggolan, le conflit entre les objectifs individuels et la poursuite de la gloire personnelle peut suffire à empêcher une équipe d’atteindre ses objectifs. Dans le football, c’est la tension entre les coéquipiers qui sont plus habitués à jouer en tant que rivaux au niveau du club. En entreprise, des tensions similaires peuvent survenir entre des individus de différents départements qui se retrouvent à travailler ensemble sur un projet particulier.
Quelle est l’histoire de votre équipe ?

Quels que soient les défis auxquels une équipe peut être confrontée, il est important de prendre en compte l’histoire que l’équipe raconte sur son identité et ses propres succès ou échecs passés. La formule même dont l’Allemagne est nostalgique se révèle problématique en Belgique cette fois-ci – et ce n’est même pas la même histoire que l’Allemagne racontait en 2014.

Durant la compétition de 2018, l’Angleterre a fait face à une déception de dernière minute lorsque la Colombie a marqué un but dans le temps additionnel. Et l’Angleterre ne gagne jamais aux tirs au but, n’est-ce pas ? Mauvais. Comme Gareth Southgate l’a dit après le match, l’équipe avait travaillé à créer ses propres histoires. Ils avaient abordé le passé et se sont concentrés sur le perfectionnement des compétences individuelles et de la stratégie d’équipe, de sorte que lorsque la situation se présentait, l’équipe était prête.
Prochaines étapes

Au lieu d’être déterministe sur les succès ou les échecs passés, il est important d’aller de l’avant : examiner le passé objectivement ; regardez où en est l’équipe et analysez les ressources déjà à leur disposition.

Mesurer le comportement ; combler le vide

L’ancien milieu de terrain allemand, Paul Breitner, a affirmé que l’équipe manquait de sagesse et de leadership. Il a déclaré qu’ils « ne semblaient pas avoir de personnes capables de résoudre les problèmes »: « c’est comme si tout le monde attendait que quelqu’un d’autre ait une idée ». Ce qui manquait, en termes de Belbin, c’étaient les rôles de réflexion fournis par les joueurs seniors – la créativité de l’usine et la pensée latérale, l’analyse cool d’un évaluateur de moniteur, combinées à un brin de sagesse de coordinateur. La synergie a fait apparaître que les joueurs individuels étaient indispensables, alors qu’en réalité, ils fournissaient un type spécifique de leadership en équipe. Si cette perte peut être caractérisée en termes de comportement, l’équipe peut s’atteler à combler le vide.

Cette fois-ci, c’est la Belgique qui a les joueurs vedettes, mais selon Radja Nainggolan, ancien joueur belge, l’équipe souffre de problèmes pour fonctionner comme une entité unifiée. Lundi, ils ont terminé 2-0 contre le Japon, avant de reprendre le chemin de la victoire. Il y avait « beaucoup de joueurs talentueux », leur a dit Nainggolan :

« Mais comme vous pouvez le voir, nous avons parfois du mal à devenir une équipe. Ce n’est pas toujours l’individu qui fait la différence à chaque match, donc il faut un collectif dans l’équipe. C’est peut-être ce qui manquait avec la Belgique. »

Comme le dit Nainggolan, le conflit entre les objectifs individuels et la poursuite de la gloire personnelle peut suffire à empêcher une équipe d’atteindre ses objectifs. Dans le football, c’est la tension entre les coéquipiers qui sont plus habitués à jouer en tant que rivaux au niveau du club. En entreprise, des tensions similaires peuvent survenir entre des individus de différents départements qui se retrouvent à travailler ensemble sur un projet particulier.
Quelle est l’histoire de votre équipe ?

Quels que soient les défis auxquels une équipe peut être confrontée, il est important de prendre en compte l’histoire que l’équipe raconte sur son identité et ses propres succès ou échecs passés. La formule même dont l’Allemagne est nostalgique se révèle problématique en Belgique cette fois-ci – et ce n’est même pas la même histoire que l’Allemagne racontait en 2014.

Mardi, l’Angleterre a fait face à une déception de dernière minute lorsque la Colombie a marqué un but dans le temps additionnel. Et l’Angleterre ne gagne jamais aux tirs au but, n’est-ce pas ? Mauvais. Comme Gareth Southgate l’a dit après le match, l’équipe avait travaillé à créer ses propres histoires. Ils avaient abordé le passé et se sont concentrés sur le perfectionnement des compétences individuelles et de la stratégie d’équipe, de sorte que lorsque la situation se présentait, l’équipe était prête.
Prochaines étapes

Au lieu d’être déterministe sur les succès ou les échecs passés, il est important d’aller de l’avant : examiner le passé objectivement ; regardez où en est l’équipe et analysez les ressources déjà à leur disposition.

Êtes-vous prêt à faire en sorte que votre équipe se concentre sur l’objectif ? Contactez Belbin France dès aujourd’hui pour découvrir comment nous aidons à constituer des équipes performantes.

Êtes-vous prêt à faire en sorte que votre équipe se concentre sur l’objectif ? Contactez Belbin dès aujourd’hui pour découvrir comment nous aidons à constituer des équipes performantes.

Êtes-vous prêt à faire en sorte que votre équipe se concentre sur l’objectif ? Contactez Belbin dès aujourd’hui pour découvrir comment nous aidons à constituer des équipes performantes.

Mais lorsque nous plongeons dans les détails, nous pouvons comprendre ce qui manque à l’équipe, et cela nous permet de savoir comment remplacer les influences clés de l’équipe pour travailler vers de futurs succès.

Partager cet article